Actualités

Cette année encore, les résultats de l’étude PISA font les gros titres : chacun dans la sphère de l’Education nationale ou les syndicats y trouve de quoi justifier ses actions et expliquer les erreurs des autres, tous contemplent le déclin sans réellement agir.

Il n’est pourtant pas compliqué de comprendre pourquoi le niveau des élèves de l’enseignement public baisse : les élèves du public ont pris 2 à 3 ans de retard en 35 ans, donc ne nous étonnons pas que leur niveau baisse par rapport aux élèves des autres pays, qui eux ont rendu leurs programmes plus denses et plus efficaces. Les élèves chinois ont 3 années d’avance en sciences sur les élèves du même âge en France, un élève entrant en Seconde aujourd’hui aura fait autant d’heures de mathématiques et de français qu’un élève qui entrait en 4ème en 1975.

Niveau scolaire_Hattemer

Pouvons-nous réellement espérer que l’égalité entre tous puisse exister quand on empêche les enfants d’accéder au savoir à l’école, et qu’on oblige les parents à avoir recours au soutien scolaire privé pour compenser ce que l’enseignement public ne donne plus ?

Est-il bien raisonnable de persister à laisser l’idéologie et la politique s’inviter dans les salles de classes, au point où l’élève, le professeur et la matière enseignée semblent en avoir presque disparu ?

Manuels scolairesChez Hattemer, nous restons à l’écart de ces débats, d’ailleurs nos élèves ne sont pas interrogés pour l’étude PISA. Nous n’avons pas baissé le nombre d’heures de cours, ni en mathématiques, ni en français, ni depuis 1945, ni depuis 1975 ni en 2013.

En revanche, nous avons renforcé l’expression écrite au primaire en particulier. Je lis régulièrement avec délice les textes de nos élèves. La richesse de leur langue, la qualité grandissante de leur expression, sont autant de promesses pour l’avenir. En effet, cette maîtrise de la langue française est la base sur laquelle reposera la finesse et la subtilité de la réflexion des anciens d’Hattemer. Peut-on penser qu’un chercheur, quel que soit son domaine de recherche, puisse inventer s’il ne peut exprimer sa pensée avec une totale précision ; peut-on imaginer un futur ministre qui ne saurait s’adresser à un public sans nuances ni style ?

Loin du tumulte nous formons chacun de nos élèves dans le souci de leur donner toutes les bases et plus pour leur permettre de se développer au maximum de leurs capacités.

Les pauvres résultats de l’étude PISA (rappelons une baisse en mathématiques continue depuis 2000 et une baisse dans le classement de l’OCDE) ne nous réjouissent pas. Pour faire bénéficier un plus grand nombre de ce que peut apporter Hattemer, nous avons développé notre enseignement par Internet qui prodigue notre enseignement dans plus de 34 pays, d’enfants des Ecoles d’Excellence au Gabon aux enfants d’expatriés en Chine, de jeunes filles en Algérie cherchant à éviter les écoles coraniques aux enfants handicapés qui ne peuvent se rendre à l’école.

En développant notre établissement à la fois dans nos murs et dans les extensions que nous sommes en train de bâtir, et sur Internet, nous espérons apporter une contribution grandissante à la réussite scolaire des enfants dans le monde francophone.

Jean Schmitt, Président du Groupe Hattemer