Actualités

PISAL’épreuve des notes, la France vient de la subir. Élève moyenne selon le PISA, (le Programme International pour le Suivi des Acquis administré par l’OCDE), les niveaux des élèves en France sont en baisse d’après le dernier rapport publié le 3 décembre 2013. La France a perdu 3 places dans le classement et ces résultats ont déclenché des débats profonds sur le modèle français de l’éducation et de l’évaluation. Pourquoi les élèves français ont-ils échoué aux évaluations du système prôné par l’étude PISA ? Retour sur les principes de notations et ce qu’ils soulèvent en matière d’apprentissage des savoirs par les enfants.

Noter un capital cognitif

Maths_Hattemer AcademyLe PISA est considéré comme la référence mondiale dans le domaine de l’évaluation de la qualité, de l’équité et de l’efficience des systèmes d’éducation. Le PISA est construit non pour évaluer un programme scolaire, mais pour mesurer la capacité des élèves à mobiliser leurs connaissances et compétences scolaires en particulier, en situation concrète et réelle. Des enfants âgés de 15 ans réalisent une batterie de tests en mathématiques, discipline phare de l’évaluation par le PISA mais aussi, en compréhension de l’écrit, en sciences et en résolution de problèmes.

Ces épreuves sont réalisées sur papier pendant deux heures dans les 65 pays participants. Au total, 510 000 élèves, dont l’âge est compris entre 15 ans et 3 mois et 16 ans et 2 mois, ont passé les épreuves en 2012. Pour évaluer leur capacité à penser, utiliser leurs connaissances et leurs compétences réelles, le test prévoit une trentaine de minutes dédiée à un questionnaire sur eux-mêmes, leur milieu familial, leur établissement et leurs expériences en matière d’apprentissage. C’est donc une démarche pédagogique spécifique qui est notée. La notation pénalise les savoirs et savoir-faire des élèves utiles aussi à la poursuite des études.

Le rapport du PISA a soulevé de nombreuses interrogations sur le système éducatif français notamment sur l’enseignement des mathématiques, les inégalités sociales, mais aussi, les capacités réelles des jeunes français face aux exercices de notation.

De l’usage nécessaire des systèmes de notation

L’évaluation est un élément crucial du processus d’acquisition notamment pour se remettre en question ou réviser à l’occasion d’une déception. Les classements jouent un rôle important pour connaître son niveau, s’améliorer, acquérir des bases solides et intégrer une rigueur d’apprentissage. Pour atteindre ses objectifs, l’enfant adapte son rythme et renforce ses capacités à travailler avec méthode. Les efforts aboutissent et se concrétisent par de meilleurs résultats.

Remise des prixPasser des examens et les réussir développe le sentiment de fierté et la confiance en soi. Recevoir des bonnes notes et des prix sont des rituels constitutifs de la vie en société. La remise du diplôme ou d’un prix en fin d’année est un moment essentiel pour les enfants et pour les parents. En France, la notation a longtemps fait débat notamment sur l’esprit de compétition qu’elle pouvait instaurer ou encore, les inégalités créées. Au contraire, le rapport PISA souligne combien œuvrer à favoriser l’excellence et à rehausser le niveau de compétence des élèves peu performants n’est pas contradictoires. L’établissement de scores permet de percevoir les écarts afin d’accompagner ceux qui sont en difficulté.

Des perspectives d’évolution

En 2002, le précédent rapport PISA avait créé un électrochoc en Allemagne, mal notée par l’OCDE. En 2012, l’Allemagne a récolté les fruits de ses efforts alors qu’en France, les écarts entre les différents types d’établissements et les catégories socio-économiques sont pointés du doigt. Le système français favorise les inégalités sociales, les élites sont les mieux formées et les populations en situation précaire sont délaissées.

Ecole à la maison - Hattemer AcademyPlusieurs pistes sont présentées dans le rapport PISA, une recommandation capitale se détache en matière de rigueur et pédagogie tournée vers l’excellence notamment en ciblant les élèves peu performants. Une solution pour les meilleurs comme pour les moins bons est de recourir à des ressources pédagogiques supplémentaires comme l’école à la maison pour combler les lacunes éventuelles dans certaines matières ou recevoir un enseignement complet et assurer ainsi sa réussite future.