Leave this empty:

Demande de téléchargement

Vous avez demandé à télécharger notre . Nous allons vous envoyer un email contenant le lien pour l'obtenir. Merci d'indiquer votre email:

Quels enseignements de spécialité pour quelle orientation ?

Au-delà des dysfonctionnements de ce début d’année concernant les épreuves de contrôle continu, cette réforme présente l’avantage d’en finir avec les silos et de procurer plus de liberté de choix aux élèves. Mais elle génère également de très fortes inquiétudes, notamment quant aux attendus des établissements d’enseignement supérieur, particulièrement pour l’accès aux formations sélectives.

 

Beaucoup d’interrogations demeurent

Selon l’esprit de la réforme, l’objectif est de supprimer l’ancienne hiérarchisation des séries et d’encourager l’enseignement supérieur à accueillir des profils plus variés. Aujourd’hui, il subsiste cependant de nombreux doutes quant aux attendus qui seront effectivement appliqués aux candidatures reçues sur Parcoursup. Certains élèves aimeraient faire des choix atypiques, tout en craignant de se voir non sélectionnés à l’entrée des filières prestigieuses telles les classes préparatoires ou les licences sélectives des universités les plus renommées.

Autre inquiétude : face aux protestations des élèves, des parents et des enseignants quant à certains aspects mal anticipés de la réforme, plusieurs aménagements sont annoncés, ce qui renforce le sentiment d’incertitude et de flou.

Concernant les enseignements de spécialités, le ministre a ainsi dévoilé[1] l’ouverture dès septembre prochain d’une nouvelle spécialité « anglais et monde contemporain » laissant davantage de place à la lecture de la presse et à l’expression orale, la spécialité « anglais » demeurant à dominante littéraire.

Face à une autre critique concernant le niveau trop élevé de la spécialité « mathématiques », le ministre propose de répartir les élèves selon leur niveau afin d’adapter la pédagogie. Sur ce sujet, la Mission « flash » menée par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée nationale avait quant à elle préconisé de réintégrer des enseignements d’outils mathématiques dans le tronc commun, au sein de l’enseignement scientifique.  Il est vrai que le fait que les mathématiques soient totalement absentes du tronc commun a conduit beaucoup d’élèves à faire par sécurité le choix de cette spécialité, afin de ne se fermer aucune porte lors de l’orientation post-baccalauréat[2]

Cette même Mission flash a recommandé de maintenir trois spécialités en Terminale,  à raison de 4 heures par semaine chacune, au lieu de deux spécialités initialement prévues. Ceci toujours dans l’idée de ne pas limiter les choix ultérieur des lycéens dans l’enseignement supérieur, tout en évitant une forme de concurrence entre spécialités en Première. Cette concurrence risque en effet de fragiliser celles qui sont les moins représentées comme la spécialité « Arts », suivie par 6 % d’entre eux ou la spécialité « Littérature, langues et culture de l’Antiquité », avec seulement 0,4 % des élèves.

Ainsi, il semble bien que la réforme soit encore en phase de déploiement, avec de nouveaux aménagements à venir. Les lycéens et leurs parents se retrouvent quant à eux, d’autant plus inquiets face aux choix des spécialités.

 

Où trouver des informations sur l’orientation accessibles à tous ?

 

La fameuse plate-forme Parcoursup permet à tous, élèves et parents, de consulter les fiches détaillées des 15.500 formations présentes. Il n’est pas nécessaire de créer un compte. La grande majorité des formations a renseigné les attendus nationaux et locaux lors de l’examen du dossier. Il est donc très intéressant d’aller consulter les fiches des formations pouvant potentiellement intéresser l’élève, avant le choix des spécialités, afin d’éviter des mauvaises surprises en Terminale. Une carte interactive permet même d’effectuer des recherches sur un secteur géographique :

https://dossier.parcoursup.fr/Candidat/carte

 

Autre outil mis à disposition des élèves : http://www.horizons2021.fr/ un simulateur très  ergonomique permettant de tester les combinaisons en sélectionnant les spécialités envisagées.  L’internaute découvre alors des exemples de formations accessibles, ainsi que les univers métier associés. Pour aller plus loin, le site de l’ONISEP http://www.secondes-premieres2019-2020.fr/#1019043 donne accès à 760 fiches métiers, ainsi qu’aux fiches formation correspondant et aux établissements du supérieur qui les proposent.

Ces outils ont pour objectif de nourrir la réflexion personnelle de chaque élève et d’ouvrir le champ des possibles : utilisons-les !

 

HATTEMER ACADEMY : une offre étendue d’enseignements de spécialité

 

La Mission flash menée par l’Assemblée nationale mentionne que « l’objectif annoncé par le ministère que chaque établissement propose au moins 7 spécialités apparaît globalement atteint. Seuls 13 % des lycées concernés ne remplissent pas cet objectif. 20 % des lycées proposent 7 spécialités, 31 % en proposent 8, 27 % en proposent 9, 8 % en proposent 10 et 1 % en proposent 11. » A titre d’exemple, la spécialité « Langues, littératures et cultures de l’Antiquité » est totalement absente dans 18 départements.

Chez Hattemer Academy, les lycéens de Première disposent d’un vaste choix, puisque pas moins de neuf spécialités leur sont proposées :

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Langues et littératures étrangères (anglais)
  • Littérature, langues et cultures de l’Antiquité (grec ou latin)
  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie et la Terre
  • Sciences économiques et sociales
  • Sciences informatiques et numériques

Bon à savoir : il est également possible de suivre un enseignement de spécialité à distance en scolarité partielle pour une ou deux disciplines séparées. C’est pour l’élève l’opportunité de choisir une spécialité non proposée au sein de son établissement scolaire, voire une spécialité rare comme « Littérature, langues et cultures de l’Antiquité (grec ou latin) » ou « Sciences informatiques et numériques », afin de développer sa culture générale et ses chances de réussite ultérieure au sein d’une filière exigeante de l’enseignement supérieur.

[1] https://www.studyrama.com/reforme-du-bac/bac-2021-jean-michel-blanquer-annonce-quelques-106532

[2] Les mathématiques ont été choisies par 69 % des élèves, selon les chiffres officiels.

Vous avez trouvé cette page intéressante ? Partagez-la !