Leave this empty:

Demande de téléchargement

Vous avez demandé à télécharger notre . Nous allons vous envoyer un email contenant le lien pour l'obtenir. Merci d'indiquer votre email:

TSA : Pourquoi choisir l’enseignement à distance ? – Témoignage –

Cynthia est la maman d’un heureux bachelier. Atteint de troubles du spectre autistiques (TSA) diagnostiqués seulement au collège, ce dernier a connu un parcours scolaire compliqué, avant de se tourner vers l’enseignement à distance, à partir de la classe de seconde. Elle partage avec nous cette expérience.

Comment est arrivée la décision de scolariser votre enfant à domicile ?

Nous sommes une famille d’expatriés, nous avons toujours évolué entre plusieurs pays et plusieurs langues. Notre fils est né aux Pays-Bas, c’est là qu’il a commencé sa scolarité en maternelle. Nous avons ensuite déménagé à Moscou où sa scolarité à l’école internationale ne s’est pas bien passée. Ensuite nous avons déménagé en France et avons scolarisé notre fils à l’école du village. Il ne parlait pas un mot de français au départ !  Puis il est allé dans un collège privé et les difficultés ont empiré, aussi bien psychologiquement que scolairement. Il a même enduré des comportements agressifs de certains élèves et il a dû redoubler une classe.

C’est cependant au collège qu’on nous a parlé pour la première fois des Troubles Envahissants du Développement[2]. Cela nous a permis de faire confirmer le diagnostic et d’obtenir une reconnaissance MDPH[3]. Puis on nous a bien fait comprendre que le lycée, ça n’allait pas être possible et on nous a orientés vers les cours par correspondance. J’ai alors étudié ce qui existe et mon choix s’est porté sur Hattemer Academy, qui me semblait proposer un bien meilleur suivi que le CNED.

Votre enfant vient d’obtenir son baccalauréat, comment se sont déroulées ses années Lycée avec Hattemer Academy ?

Dès le début, j’ai été très satisfaite de l’écoute que nous avons rencontrée. Durant ces trois années, ses professeurs ont toujours noté mon fils sans lui faire de « cadeau » : il a eu des bonnes et des mauvaises notes, mais toujours assorties d’encouragements et de conseils. C’est ce qui lui a permis de progresser.

L’autre gros point fort d’Hattemer Academy, c’est la souplesse : on peut vraiment trouver le rythme qui convient à l’enfant. Par exemple, nous avons expérimenté le fait de travailler hebdomadairement : une semaine consacrée aux maths, puis une semaine dédiée à une autre matière… Le travail s’est avéré plus efficace et moins déstabilisant, puisqu’il n’y avait plus la perte d’énergie et de concentration nécessaires pour passer d’une matière à l’autre sans arrêt. Certains jours, notre fils n’était pas en état de travailler, alors on rattrapait le dimanche suivant. Aucune autre scolarisation n’autorise cette liberté d’organisation.

Concernant le baccalauréat, la directrice s’est beaucoup investie pour les dossiers de demande d’aménagement et mon fils a bénéficié d’un étalement des épreuves et de la présence d’un AVS[4], ce qui est très difficile à obtenir pour un candidat individuel. Nous nous sommes toujours sentis soutenus dans toutes nos démarches.

Quels sont les projets de votre fils ?

Mon fils est passionné de Bande Dessinée et il voudrait en faire son métier. Il dessine et il écrit. Il aimerait intégrer une école d’art, peut-être l’école de manga japonaise qui s’est récemment implantée à Angoulême. En tout cas, le baccalauréat lui ouvre des portes vers des études supérieures dans le domaine qui l’attire, c’est une grande satisfaction pour nous.

Conseilleriez-vous Hattemer Academy à d’autres familles concernées ?

Alors que notre fils était au collège, la MDPH lui avait accordé l’aide d’un AVS 15 heures par semaine. En réalité, il n’a obtenu que 5 heures. C’est vraiment insuffisant pour permettre à un enfant avec autisme de s’adapter à un milieu aussi compliqué pour lui. Il y a 30 élèves par classe, beaucoup de bruit et de bousculades dans les couloirs et dans la cour. Je pense qu’il a été très malheureux mais il ne disait rien.

Avec le recul, si j’avais connu cette possibilité, je l’aurais inscrit à Hattemer Academy dès le collège, sans hésiter. J’ai même demandé à la MDPH et à l’académie de ma région de conseiller cette solution aux nombreuses familles qui ne savent plus quoi faire face aux difficultés rencontrées en milieu scolaire traditionnel. Nous n’avons jamais regretté notre choix.

 

[1] L’autisme est un système de fonctionnement perceptif et sensoriel particulier, qui agit principalement sur la communication et les interactions sociales, les modes de comportement, le fonctionnement neuro-sensoriel et le mode de pensée de la personne atteinte. On parle de troubles du « spectre » de l’autisme (TSA), car le terme d’”autisme” recouvre une réalité très large et très hétérogène. Chaque personne peut se situer à des degrés différents dans le spectre de l’autisme, selon la fréquence et l’intensité de ses particularités.

[2] Aujourd’hui, les classifications internationales ont abandonné la notion, longtemps utilisée, de « Troubles Envahissants du Développement » (TED), au profit de « Troubles du Spectre de l’Autisme » (TSA).

 

[3] Maison Départementale des Personnes Handicapées.

[4] Auxiliaire de Vie Scolaire

Vous avez trouvé cette page intéressante ? Partagez-la !