Leave this empty:

Demande de téléchargement

Vous avez demandé à télécharger notre . Nous allons vous envoyer un email contenant le lien pour l'obtenir. Merci d'indiquer votre email:

Mes élèves s’émerveillent devant la beauté et la richesse de la langue française

Témoignage de Juliette de Loustal, préceptrice pour Hattemer Academy à Londres.

 

Quel est votre parcours ? Vos différentes expatriations ?

Je suis diplômée en Droit et, après avoir épousé un militaire et eu des enfants, je me suis très vite passionnée pour l’enseignement dans le Primaire.
J’ai donc commencé à faire des remplacements dans les écoles privées sous contrat avec l’Education Nationale.
Puis, devant l’engouement de certaines familles pour les écoles hors contrat, plus traditionnelles dans leurs méthodes d’enseignement, je m’y suis intéressée plus particulièrement. J’ai donc pu enseigner dans ces écoles.
J’ai connu deux expatriations à Londres. Toujours désireuse d’enseigner dans le Primaire, j’ai commencé par faire des remplacements dans les écoles primaires du Lycée Français de Londres.

Pourquoi avez-vous fait ce choix de devenir préceptrice ?

Ce choix m’a été guidé par le désir d’offrir à ma fille de 6 ans, scolarisée dans une école anglaise, la possibilité de suivre le programme français à la maison en « After school » avec d’autres enfants français scolarisés eux aussi en école anglaise.
C’est ainsi que j’ai créé ma « petite classe » et de fil en aiguille j’ai suivi par petits groupes ou en « one to one » des enfants venant de toutes les classes du Primaire puis du Collège.
J’ai donc fait mes premières armes avec les manuels scolaires de mon choix et ma propre méthode, assez traditionnelle, centrée sur les fondamentaux (leçons d’orthographe, grammaire, conjugaison, exercices d’application, dictées, poésies, lectures suivies).
J’ai aussi effectué des suivis CNED et Cours Legendre, à la demande de certains parents.
Puis, au bout de deux ans, j’ai rencontré Marie-Laure Lelourec qui m’a proposé de faire du tutoring avec les cours Hattemer, ce que j’ai accepté avec joie car je connaissais ces cours grâce à leur excellente réputation.

En quoi consiste votre rôle de préceptrice aujourd’hui à Londres ?

Il consiste à offrir en un temps limité (une heure et demie par semaine) le meilleur de l’enseignement du Français pour que les petits Français expatriés puissent maintenir leur niveau, dans le but soit d’un éventuel retour en France, soit de maintenir leur langue maternelle dans un environnement bilingue (surtout à l’écrit).

Quel est votre retour d’expérience de cette première année de tutorat avec Hattemer Academy ?

J’ai tout d’abord découvert une méthode rigoureuse, structurée et structurante, un peu « à l’ancienne » avec un vocabulaire recherché et des beaux textes. Etant déjà familiarisée avec les Cours Sainte Anne de par mon expérience dans le hors contrat, je n’étais pas étonnée des exigences.
J’ai apprécié le contenu des cours pour expatriés, très bien faits, avec une vraie progression, ce qui a nettement allégé mon temps de préparation. J’ai constaté une adhésion complète de mes élèves (et de leurs parents !).

Combien d’heures par semaine y consacrez-vous ? (en incluant le temps de préparation ?)

Six heures par semaine en présentiel, quatre à cinq heures de préparation (sachant que le programme de 5è et 4è demandent plus de temps en lecture, préparation des séances et correction des exercices).

Avez-vous vu une évolution dans le niveau de vos élèves entre le début de l’année scolaire et aujourd’hui ?

Oui bien sûr. Mes élèves ont vite adhéré à la méthode car elle est limpide et progressive.
Elle est accessible à tous à condition de jouer le jeu : c’est-à-dire apprendre et restituer les leçons, faire les exercices demandés et bien préparer ses dictées.
J’ai surtout observé que mes élèves s’émerveillent devant la beauté et la richesse de la langue française. Ils sont heureux de découvrir des nouveaux mots qu’ils consignent dans un carnet, ils manipulent le passé simple ou le subjonctif imparfait avec une certaine fierté. Ils se familiarisent avec l’analyse grammaticale et logique et quand ils ont bien compris, ils en redemandent !

Recommanderiez-vous le préceptorat ? Pourquoi ? Sous quelles conditions ?

Le préceptorat apporte indéniablement un plus : l’enfant a besoin d’un pédagogue pour réexpliquer les notions, l’aider dans sa progression, lui donner le goût de bien lire et bien écrire. L’idée du préceptorat en petits groupes permet une émulation et développe une camaraderie, comme à l’école.

D’après vous, quelles sont les qualités requises pour réussir cette mission ?

Etre passionné (c’est-à-dire être un amoureux de la langue française) et avoir le désir de transmettre. De ces deux qualités découleront tout naturellement les compétences requises pour faire un bon enseignant, à savoir la pédagogie, la maîtrise de son sujet, la patience, l’écoute.

Quel est votre objectif pour la rentrée prochaine ?

Mon mari étant muté à Paris, j’aurai la joie de prolonger l’aventure dans une classe d’une école Hattemer parisienne. A Londres, il ne manque pas de personnes passionnées et compétentes pour reprendre le flambeau !